- Quelle est votre définition de l’asexualité ?

« L’asexualité, c’est l’absence d’appétit pour la sexualité. On peut rapprocher ce terme de la frigidité ou de l’anaphrodisie qui sont des formes de dysfonctionnement sexuel impliquant une absence totale de désir. »

- Depuis quand l’asexualité « existe » (d’un point de vue médical) et comment l’a-t-on découverte ?

« L’asexualité est connue depuis longtemps soit sous la forme de l’abstinence (notamment chez les religieux) soit sous celle du refus de la sexualité par dégoût ou position morale intégriste. Ces deux formes sont des cas d’asexualité notoires. »

- Comment découvre-t-on son asexualité ?

« Tout simplement par son manque de désir sexuel. La différence entre l’asexualité et la frigidité par exemple c’est que l’asexuel ne souffre pas de son état. Bien au contraire, il le revendique comme forme de vie. »

- Naît-on ou devient-on asexuel ?

« On ne naît pas asexuel. La découverte de la sexualité passe par le développement d’abord de la sensorialité. Et cela tout être humain le vit. En revanche on peut devenir asexuel par choix ou par réaction à une situation traumatique (viol, abus notamment). »

- L’asexualité est-il un phénomène réversible ? Peut-on trouver le désir sexuel un jour ?

« Je pense que l’accès au désir sexuel est la norme humaine. Donc on peut toujours revenir au désir même après une longue période d’abstinence. »

- Comment vivre sa vie de couple lorsqu’on est asexuel ?

« Une vie à deux ne peut se vivre harmonieusement qui si l’on est avec un ou une asexuel(le) comme soi-même. Sinon, le déséquilibre n’est pas gérable sur le long terme. »

- Comment peut-on expliquer le fait d’éprouver une attirance physique sans attirance sexuelle ?

« Tout le monde peut ressentir cela. C’est la base même de l’amour platonique. »

- La masturbation est pratiquée par certains asexuels, comment expliquer ce phénomène ?

« C’est bien la preuve qu’une absence totale de lien à la sexualité, au désir, au plaisir et àl’orgasme est difficile voire impossible et que la pulsion de l’Eros, qui pour moi est une pulsion de vie, trouve toujours un moyen d’exprimer ses charmes et ses nécessités. »