Rassurer les hommes sur le fait que la taille de leur pénis est dans la moyenne. C'est tout l'objectif de l'étude publiée par la très sérieuse revue médicale anglophone d'urologie spécialisée, BJU International. Pour mener à bien leurs travaux, des chercheurs britanniques se sont appuyés sur une vingtaine d'études précédentes, portant sur un peu plus de 15 000 mâles d'Europe et du Proche-Orient, dont le pénis avait été mesuré selon une procédure standardisée par des experts de santé.

Les médecins, avec à leur tête le docteur David Veale du King's College London, ont ensuite réalisé un schéma - du même type que ceux qui contrôlent les courbes de croissance par exemple - représentant la taille du pénis au repos ou en érection, avec les variations normales constatées.

Conseiller les patients

Il ressort de cette analyse qu'en moyenne, le sexe masculin est de 9,16 centimètres en longueur et au repos, puis de 13,12 centimètres en érection. Quant à sa circonférence, elle est en moyenne de 9,31 centimètres au repos et de 11,66 centimètres en érection. Au passage, l'étude met fin à l'ancestrale rumeurs selon laquelle il y aurait une éventuelle corrélation entre la taille globale d'un homme et celle de son sexe. Les deux données n'ayant tout simplement aucun rapport entre elles.

Alors que certains pourraient s'interroger sur l'utilité d'une telle étude, de nombreux médecins notent que ces résultats pourront être d'un grand intérêt pour rassurer et conseiller les patients inquiets de la taille de leur sexe. Ces patients qui en viennent à devenir dysmorphophobes, une pathologie désignant une peur incontrôlée d'un défaut corporel dont on se croit affublé.

Les Français dans la moyenne
En 2011, l'Académie française de chirurgie avait d'ailleurs mis en garde contre les demandes de chirurgie du pénis de plus en plus fréquentes parmi toutes les catégories de la population française. Souvent dû à un "simple" constat personnel chez le patient, un mal-être psychologique ou simplement à une "mauvaise expérience", ce genre d'opération a été considéré par l'Académie comme bien souvent superflu et surtout non sans risques. D'autant que, selon le corps médical, les Français sont globalement dans la moyenne quant à la taille de leur pénis.