Le Viagra féminin fait sa rentrée. Addyi, c'est son nom, est ainsi parvenu a passer les tests de l'agence américaine des médicaments (la Food and Drug Administration, FDA) afin de pouvoir être commercialisé, mais délivré pour l'heure uniquement sur ordonnance. 

Addyi est censé raviver la libido des femmes non ménopausées, puisqu'au moins 40 % d'entre elles - selon de nombreuses études médicales -  présenteraient une hypoactivité sexuelle, qui ne résulterait d’aucun problème biologique, psychologique ou d’une interaction de médicaments. En jouant sur le cerveau, ce Viagra féminin libère ainsi une molécule -la flibansérine- qui affecte la sérotonine, cette hormone qui a un rôle important dans plusieurs fonctions psychologiques comme la dépression, le sommeil, l’agressivité, les comportements alimentaires et sexuels.
 

Une efficacité mise en doute

Pour le moment, le résultat de la pilule rose est bien loin d'être identique à celui de la pilule bleue : sur 2 400 femmes testées, seules 10% d’entre elles ont ressenti un regain de leur libido. Suivies pendant 6 mois, 38% des patientes qui ont consommé des placebos à la place de l'Addyi ont vu leur libido s'améliorer, contre 51% des femmes qui ont pris le réel médicament. 

En effet, le Viagra féminin n'agit pas du tout comme son homologue masculin. Alors que le processus est exclusivement mécanique pour les hommes, pour les femmes il est neurologique. 

On comprend dès lors bien mieux pourquoi, en 2010 et en 2013, la Food and Drug Administration n’avait pas été convaincue par les effets de cette pilule et l'avait rejetée. Certains aujourd'hui allant même jusqu'à affirmer que si commercialisation il y a eu, elle est due à la puissance de lobbying de Sprout Pharmaceuticals, la firme qui a développé l’Addyi.
 

Effets indésirables

Même si la commercialisation de l'Addyi est accueillie avec joie outre-Atlantique, les effets indésirables de la pilule rose sont bien plus importants que ceux du Viagra. Parmi les plus fréquents figurent les malaises, la chute de la tension artérielle, la somnolence, les nausées, etc; des risques qui s'amplifient dès lors que la femme prend d'autres médicaments ou bien consomme de l'alcool.

Alors, pour celles qui doutent sur l'efficacité du Viagra féminin et qui observent une baisse de leur libido, les voyages, les soirées romantiques, les caresses et tout ce qu'elles entourent, sont, eux, des excitants naturels qui ont le mérite d'être sans dangers et d'avoir fait leurs preuves depuis bien longtemps.