Select one of sample color theme

  • more
  • Choose Google Font
    Heading Font
    Body Font
    Menu Font
    Footer Font

L’évolution des pratiques : échangisme, triolisme, libertinage !
Evaluer
0 Votes.

Actions

Recommander

Information :

L’évolution des pratiques amoureuses: échangisme, triolisme, libertinage !


Certains ne voient pas leur vie amoureuse autrement qu’à l’intérieur d’un cadre bien traditionnel, à savoir le couple. Et d’autres pour lesquels le libertinage est […]
Certains ne voient pas leur vie amoureuse autrement qu’à l’intérieur d’un cadre bien traditionnel, à savoir le couple. Et d’autres pour lesquels le libertinage est essentiel à l’épanouissement sexuel…
L’évolution des pratiques amoureuses: échangisme, triolisme, libertinage !
Pourquoi se contenter d’un seul partenaire et de relations « traditionnelles » quand on peut varier les plaisirs ? C’est sans doute ce que se disent les adeptes du libertinages et autres pratiques sexuelles « hors norme ». Triolisme, échangisme, fessée, bondage… La liste est longue des transgressions à la sacro-sainte règle du couple. Des pratiques qui ne posent finalement pas de problèmes tant qu’elles respectent les choix de chacun et qu’elles se font sans contrainte…
Pour Mathias et Léa, le triolisme a commencé un peu sur un pari. Au cours d’une soirée un peu arrosée, Mathias a proposé à Léa d’essayer un plan à trois. Emoustillée, Léa a accepté, mais à condition de choisir l’autre fille. « Bizarrement je ne voulais pas que ce soit un garçon, j’aurais eu l’impression de tromper Mathias et j’aurais été un peu effrayée de faire l’amour à deux hommes en même temps. Et puis je crois que j’avais toujours eu envie d’essayer avec une fille ! » C’est finalement avec une copine de fac de Léa, lesbienne assumée, que l’expérience a eu lieu. « Franchement c’était bien. Une parenthèse dans notre vie de couple, très excitante, qui nous a plu à tous les trois je crois. Mais je ne recommencerai pas. Parce que ça m’a quand même pas mal déstabilisée. Et Mathias est sur la même longueur d’ondes que moi ».
Le libertinage, une façon de pimenter les relations
Souvent, les couples qui s’adonnent au libertinage et qui fréquentent les clubs échangistes sont ensemble depuis déjà un bon moment. Expérimenter des rapports avec plusieurs personnes en même temps ou pratiquer l’échangisme est un moyen de remettre un peu de piment dans une relation un peu trop pépère. Géraldine et Thomas, ensemble depuis 10 ans, ne faisaient presque plus l’amour. Un jour, ils tombent sur un reportage sur les libertins. « ça a fait tilt. On était excités tous les deux rien que d’y penser », raconte Géraldine. Ils se rendent alors quelques semaines plus tard dans un club connu de la ville. « En fait, très vite, pour moi le soufflé est retombé. J’ai trouvé ça glauque. Ces gens qui ne se connaissaient pas et qui s’embrassaient ou se mataient. Mais mon mari, lui, a semblé aimer. Il a très vite « sympathisé » avec un couple. J’ai suivi pour lui faire plaisir. Mais je n’ai pas eu envie de recommencer. Par contre, je crois que ça a vraiment donné un coup de fouet à notre relation ».
Souvent en effet, le fait même de s’apercevoir qu’il existe d’autres façons de vivre sa sexualité permet de relancer la machine à fantasmes. Depuis, Géraldine et Thomas ont repris leur vie sexuelle. Et fantasment probablement en secret sur des plans à trois. Ce qui leur suffit pour l’instant.
Attention au passage à l’acte
«Souvent, entre l’idée qu’on se fait de telle ou telle pratique de libertinage et la réalité, il y a un pas que certains regrettent d’avoir franchi », prévient C. B., sexologue. « La controntation au réel peut être moins excitante. Ce qui paraissait merveilleux dans un contexte nocturne ou festif apparaît glauque le lendemain. D’où la nécessité de bien réfléchir avant de se lancer et d’y aller pas à pas ». Par exemple, dans le cas d’un plan à trois, mieux vaut commencer par dîner ensemble. Ou prendre un verre, pour voir si le contact est bon et si chacun des trois protagonistes est d’accord pour aller plus loin. Idem pour ceux qui sont tentés d’aller dans une soirée échangiste. Se renseigner en amont sur la possibilité ou non de pouvoir être là en qualité « d’observateur ». Bien discuter aussi auparavant avec son partenaire sur ce qu’on est prêt à accepter ou pas. Jusqu’où on souhaite aller trop loin !
Parce que c’est une chose d’avoir envie d’échanger son partenaire. C’en est une autre que de le voir en action avec une autre. Ou de se laisser toucher par un homme ou une femme qu’on ne connait pas, sous les yeux de son conjoint !
Relancer sa vie sexuelle !
On peut aussi, pour remettre un peu de carburant dans sa vie sexuelle, choisir des options un peu moins « risquées ». Comme la pratique de la fessée par exemple. Donnée avec mesure, la fessée stimule les parties génitales et provoque le plaisir. Elle est synonyme de transgression pour beaucoup et peut donner un coup de boost aux rapports. Même chose pour le bondage ou les jeux de rôles (déguisements, scénarios sur lesquels on se met d’accord en amont, etc). En définitive, il n’y a pas de règles en amour. Ou plutôt, il n’y en a qu’une seule : respecter l’autre et se respecter. A savoir que du moment où l’un des deux n’est plus en phase et subit la pratique expérimentée, il faut savoir s’arrêter. Quitte par exemple à définir avant de commencer un « safe word » (un « mot sécurité »). Lorsque l’un ou l’autre le prononce, c’est la fin du jeu, non négociable.
« On peut dire non à n’importe quel moment, insiste la sexologue C. B. Et d’ajouter : « Accepter le libertinage, le triolisme ou toute autre pratique en pensant que l’on va résoudre un problème de couple, c’est voué à l’échec ».

23.09.2016
 

Commentaires

Trier par : 

Par page:
 
  • Pas encore de commentaire